Dimanche 28 janvier 2018 à 17h, “au coin du feu” à la Maison de la Tour

La Troupe Sauvage présente :

La mise à mots

mise a mots affichecomédie dramatique de Gérald Gruhn

Un comédien déclame son texte sur scène lorsque son partenaire le met en joue lui laissant 3295 mots avant de le tuer… Improvisation ou machination diabolique d’un dangereux psychopathe ?

La victime, entre doute et peur, redouble d’efforts et d’imagination pour sortir de cette situation.
Courant après le temps, les mots deviennent une arme.

« Mise à mots » est une comédie dramatique qui interroge sur le sens qu’on donne à chacun de nos actes et le temps qu’il nous reste à vivre. La victime, tout comme le spectateur, est menée par le fil des mots entre rire et tension, telle une marionnette.

Gérald Gruhn est un auteur rare !... c’est un tueur. Ses armes, ce sont les mots, de véritables machines de guerre pour livrer des batailles humanistes contre la vulgarité et la bêtise.

mise a mots distribution

Tarifs : 12 € - 10 € adhérents – Tout public à partir de 12 ans -Durée du spectacle : 1h05 - Réservation obligatoire par tel au 04.75.96.01.29 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

logo Comedie itineranteThéâtre, jeudi 30 novembre 2017 à 20 h - salle des fêtes de Roussas

En partenariat avec la Comédie de Valence - Centre Dramatique National Drôme-Ardèche

"L'enfance à l'oeuvre"

La vision de quatre grands auteurs sur nos premières années

csm L enfance spectacle renucciQu’est-ce qui, dans l’enfance, forge l’aspiration et amène la création ? Comment se dessine une vocation ? Ce sont ces questions, par le prisme des œuvres de Marcel Proust, Romain Gary, Paul Valéry ou Arthur Rimbaud que Robin Renucci souhaite faire entendre. Se dessine en effet dans les écrits de ces quatre grands auteurs la manière dont l’ennui, les contraintes mais aussi les passions, les rêveries qui ont caractérisé leurs toutes premières années ont été terreaux de vocation. Par la dynamique du rapprochement des œuvres et le dialogue avec le piano de Nicolas Stavy, Robin Renucci donnera à voir, au-delà de l’art du détail, ces sensations minutieusement observées et exprimées qui inviteront le spectateur à explorer sa propre enfance comme mise à l’œuvre de son humanité.

Distribution

Recueil de textes de Romain Gary, Marcel Proust, Arthur Rimbaud et Paul Valéry
Mise en scène Robin Renucci 
Musique César Franck, Sergueï Rachmaninov, Franz Schubert, Robert Schumann, Alexandre Scriabine, Piotr Ilitch Tchaïkovski
Avec Robin Renucci et Nicolas Stavy au piano  
Collaboration artistique Nicolas Kerszenbaum
Production Les Tréteaux de France – CDN
Coproduction : Festival d’Avignon / le spectacle a été créé le 7 juillet 2017 au Festival d’Avignon

Attention : la salle des fêtes de Valaurie sera en travaux de rénovation. La représentation aura lieu à la Salle des Fêtes de ROUSSAS (route d’Eyguebelle)
Jeudi 30 novembre 2017 à 20h – salle des fêtes - 26230 Roussas - Tout public, à partir de 12 ans
 / Tarif plein 14 euros / réduit 10 euros - sur réservation au 04 75 96 01 29 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Samedi 11 novembre 2017 à 17h - « Au coin du feu à la maison de la tour »

I Sentieri, groupe vocal et instrumental

i sentieri photo

Laissez-vous conduire par cette bande d’enfants terribles dans les rues de la Naples du XVIIe, dans les allées pleines de charme des villages animés des Pouilles, à l’extrême Sud de l’Italie, sur les chemins pittoresques de l’île de beauté, la Corse, terre de contraste et de caractère, ou bien encore autour des lacs et des forêts d’Irlande et de Bretagne. I Sentieri revisite pour vous le répertoire de la musique ancienne ou traditionnelle et mettent en place des ponts entre des genres parfois opposés mais qui n’ont eu de cesse de se nourrir les uns les autres. Il ne s’agit pas de restituer un répertoire figé par le temps, mais bien de le partager en se l’appropriant, et le parant des couleurs d’aujourd’hui.

Johan GENIN-BRANDT, voix (baryton)
Agnès MOULIN, flûte traversière, flûte à bec, whistle, harpe celtique
Yunus ORNEK, guitare, laud, guitare à archet, percussions

Réservation obligatoire au 04 75 96 01 29 - Tarif : 12 € - 10 € pour les adhérents

Spectacle, dimanche 9 avril 2017 à 17 heures

Pierre Flory : Claude Gueux (d’après Victor Hugo)

« Au coin du feu »  Au Point Info – Rue Lucian Duc – Valaurie

Il était une fois… une histoire simple

Pierre FloryD’abord, il y a lui, Claude. Bon ouvrier, capable, intelligent, travailleur, aimant. Très aimant même, envers sa femme – sa maîtresse, soyons exacts – et son enfant. Une fille, un garçon, l’histoire ne le dit pas. Mais poursuivons. L’ouvrage manque, c’est l’hiver, Claude vole.

Pour mettre un peu de feu dans le foyer, un peu de pain sur la table. Quoi qu’il vola, la sentence fut celle-là : trois jours de pain et de feu pour la femme et l’enfant. 

L’histoire commence ici. À Clairvaux où il est emprisonné. C’est ici qu’interviennent les autres. Le directeur de l’atelier, qui lui raconte volontiers que sa femme s’est faite fille publique. Que son enfant, on ne sait pas. Puis il y a Albin, l’ami si cher, celui qui rend acceptable l’espace exigu des quatre murs. Et les autres. Les prisonniers, sur lesquels l’aura de Claude est si grande. Ceux qui l’écoutent et ne le contestent pas.
Revenons à Claude. Claude Gueux. Qui de détenu modèle condamné pour un vol mineur finira la tête tranchée pour le meurtre du fonctionnaire qui un jour décida de le séparer de son ami.
Quand le destin s’emmêle… Que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé à cet homme au si fort charisme, cet homme intelligent et doux, celui que les prisonniers les plus durs écoutent et respectent. Celui dont on ne remet pas en cause le jugement ni la décision. Celui qui a volontairement choisi d’appliquer sa justice au prix consenti de sa propre vie.
C’est cette rupture, ce glissement, qui va être raconté ici. Un glissement né du harcèlement d’un homme tenu sous le pouvoir d’un autre. D’un quotidien rendu plus dur encore par l’arbitraire et les tracasseries qui peu à peu prennent une dimension obsessionnelle dans l’esprit du prisonnier à qui l’on ôte le peu de repères qui lui restaient.
Davantage que le pamphlet contre la peine de mort, c’est la dénonciation de l’univers carcéral, l’exhortation à l’éducation du peuple plutôt qu’à la répression qui habitent ce texte écrit par Victor Hugo en 1834 juste après la parution du « Dernier jours d’un condamné », c’est le lent glissement vers une personnalité nouvelle née de l’enfermement qui intéresse ici le conteur. Prisonnier de quatre murs, harcelé, dépouillé de ce qui lui tient le plus à cœur mais aussi prisonnier de son image, une image forgée entre ces murs, Claude ira jusqu’au bout.

En raison du nombre limité de places, nous vous recommandons de réserver au plus tôt, soit par mail contact@maison-de-la-tour, soit en nous appelant au 04 75 96 01 29.

Durée du spectacle : 55 minutes environ - Tout public à partir de 14 ans - Tarif plein 12 euros / adhérent 10 euros – « au coin du feu » au Point Info – Rue Lucian Duc – Valaurie

Spectacle, dimanche 12 mars 2017 à 17 heures

Jean Guillon : Histoires de provençaux

« Au coin du feu » A la maison de la tour – 1 rue des écoles – Valaurie

Jean GuillonParmi les textes qui ont habité mon enfance, j’ai choisi la Tarasque, le Drac, Jehan de l’Ours et une farce paysanne pleine d’humour et de fraîcheur. Un univers orné de locutions provençales qui surgissent dans les récits : des bouquets de sonorités dont le sens mérité un détour. La parole provençale est faite de lumière et ses héros parviennent toujours à retrouver la joie, parfois un sourire du destin, sans jamais manquer de dignité.

 


« Le cœur de mes spectacles sera toujours le travail du conteur, avec sa légèreté. Je questionne cependant volontiers l’apport de la musique, celui des images, animées ou non, j’interroge la convention théâtrale et raconte en d’autres langues que la langue française.  »

En raison du nombre limité de places, nous vous recommandons de réserver au plus tôt, soit par mail contact@maison-de-la-tour, soit en nous appelant au 04 75 96 01 29.

Durée du spectacle : 1h15 environ - Tout public à partir de 7 ans - Tarif plein 12 euros / adhérent 10 euros – « au coin du feu » à la maison de la tour – 1 rue des écoles – Valaurie

logo Comedie itinerante

Théâtre, mardi 31 janvier 2017 à 20 h

La Maison

La Maison comedie de ValenceEn partenariat avec la Comédie de Valence – Centre Dramatique National Drôme-Ardèche

La Maison nous fait découvrir un visage méconnu de Marguerite Duras : elle y chante les louanges du travail domestique, revendique l’héritage de sa mère — recettes et jeux d’enfants — et se laisse aller à comparer les rôles de l’homme et de la femme dans les affaires domestiques. Surprenante, drôle, provocante comme toujours, elle mène une réflexion profonde, et part du quotidien pour atteindre à l’universel. Dans ce monologue, elle envisage tous les points de vue et tous les aspects, car elle redoute une chose plus que tout : affirmer, établir, produire du dogme. Donc, elle change d’avis et manie les contraires. Peu lui importe d’avoir tort ou raison ; Duras cherche, inlassablement, les lieux d’une identité féminine. Des corps, des images, des figures : mère, petite fille ou sorcière, Duras parle toutes les femmes en une seule.  
De Marguerite Duras / Mise en scène Cécile Backès
Avec : Cécile Gérard et Frédérique Steiner-Sarrieux

Mardi 31 janvier 2017 à 20h – salle des fêtes – 26230 Valaurie – Tout public, à partir de 13 ans
 / Tarif plein 13 euros / réduit 10 euros – sur réservation au 04 75 96 01 29 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Concert, dimanche 15 janvier 2017 à 17 heures

Le Grand dérangement

« Au coin du feu » A la maison de la tour – 1 rue des écoles – Valaurie

Le Grand DérangementPolo Burguière : violon, mandoline, raconteur
Valerie Loomer : cistre, guimbarde, banjo, banjo-ukulélé, flute cherokee, chant...
Nadine Marinellei : guitare, chant

Un jour de printemps en 1758, Basile Cormier est retourné chez lui pour trouver son village vide. Toute la population avait été déporté par les anglais – c’est Le Grand Dérangement.
Ayant appris que les acadiens avait été débarqués le long de la cote est d’Amérique du nord, Basile part avec son violon, cap vers le sud, pour tenter de retrouver les siens.
Il traverse l’Acadie, la longue chaine des montagnes Appalaches jusqu’au pays des Cherokee, et il arrive enfin en Louisiane.
Tout au long de ce voyage Basile apprend, et montre au public, la musique qui se joue partout où il va et il raconte les drôles et tendres histoires qu’il entend.
La « Déportation » occupe une place cruciale dans l'histoire acadienne. De 1755 à 1763, la plus grande partie du peuple acadien a été déportée dans les colonies américaines, en Angleterre et en France. Exilés ou fugitifs, les Acadiens ont traversé une longue période d'errance à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil.
Les survivants de cette calamité l'ont qualifiée de «grand dérangement».
Beaucoup de ces francophones installés le long de la côte est des Etats Unis se sont rendus en Louisiane, là où le français est encore parlé.

En raison du nombre limité de places, nous vous recommandons de réserver au plus tôt, soit par mail contact@maison-de-la-tour, soit en nous appelant au 04 75 96 01 29.

Durée du spectacle : 1h 15 environ - Tout public - Tarif plein 12 euros / adhérent 10 euros – « au coin du feu » à la maison de la tour – 1 rue des écoles – Valaurie

logo-Comedie-itinerante

Théâtre musical, mardi 29 novembre 2016 à 20 h

Et tâchons d’épuiser la mort dans un baiser

En partenariat avec la Comédie de Valence – Centre Dramatique National Drôme-Ardèche

Tachons-epuiser-mortLes lettres de Claude Debussy révèlent son étonnante fascination pour les nouvelles fantastiques d’Edgar Allan Poe. La Chute de la maison Usher fait ainsi naître un étrange phénomène d’identification entre le compositeur et le personnage de Roderick Usher. Debussy entreprend alors l’écriture d’un opéra fondé sur le conte de Poe…

Marc Lainé est un familier de La Comédie où il a mis en scène son premier spectacle, « la Nuit électrique », et signé la scénographie de plusieurs créations de Richard Brunel. Il a imaginé pour le Festival d’Aix-en-Provence, ce spectacle musical avec un pianiste, deux chanteurs et un acteur mêlant extraits de lettres, mélodies et fragments de l’opéra inachevé de Debussy.

Avec : Clémentine Bourgoin (soprano), Laurent Deleuil (baryton), Thomas Jubert (comédien), Nicolas Royez (piano).

Mardi 29 novembre 2016 à 20h – salle des fêtes – 26230 Valaurie – tout public, à partir de 13 ans
 / Tarif plein 13 euros / réduit 10 euros – sur réservation au 04 75 96 01 29 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Concert, vendredi 11 novembre 2016 à 17 heures

Banshie, « au coin du feu »

BanshieA la maison de la tour  – 1 rue des écoles – Valaurie

Mathias Barralon : accordéon
Valerie Loomer : théorbe, guitare renaissance, cistre et podorythmie

Le repertoire joué provient des manuscrits et publications des 18ème - 19ème siècles.
Les musiciens interprètent également des airs traditionnels, qui, tout en étant connus de nos jours, sont souvent en lien avec les collections plus anciennes.

Le son de l'accordéon uni à celui du théorbe ou de la guitare forment un mariage heureux qui transporte le public de l'autre côté de la Manche. Il est facile de s'imaginer dans les pubs Irlandais ou Ecossais, selon les morceaux interprétés.

Valérie Loomer et Mathias Barralon sont très complices et nul doute que vous apprécierez, vous aussi, leur ensemble, leur dextérité, leur qualité de musiciens et leur complicité.

En raison du nombre limité de places, nous vous recommandons de réserver au plus tôt, soit par mail contact@maison-de-la-tour, soit en nous appellant au 04 75 96 01 29.
Durée du spectacle : 1h 15 environ - Tout public - Tarif plein 12 euros / adhérent 10 euros – A la maison de la tour – 1 rue des écoles – Valaurie

Concert, dimanche 2 octobre 2016 à 17 heures

Chœur Ripitiki

A l’Eglise Saint-Martin – Au coeur du village – Valaurie

RIPITIKI afficheAvec le chœur RIPITIKI dirigé par Gédéon Richard


Le chœur RIPITIKI dirigé par Gédéon Richard est un ensemble amateur de 20 chanteurs créé en 1995, basé dans le Val de Drôme.


Il évolue entre musique ancienne et créations contemporaines. Tout en continuant à se produire régulièrement dans son répertoire “a capella“, RIPITIKI s’associe ponctuellement à d’autres formations lui permettant d’aborder le répertoire avec orchestre.

Tout public. Tarif plein 12 euros / adhérent 10 euros – A l’Eglise Saint-Martin – Au coeur du village – Valaurie - Sur réservation au 04.75.96.01.29

Spectacle musical vendredi 3 juin et samedi 4 juin 2016 à 20 heures

à la Maison de la Tour suivi d’un souper

Barbara, où rêvent mes saisons

En chantant Barbara, une jeune femme Ondine rencontre celles qu’elle pourrait devenir. Un spectacle qui fait le pari de la chanson ET du théâtre. Un spectacle coloré et vivant, où l'on passe du rire aux larmes, de la joie à la nostalgie, et toujours de bonne humeur.

affiche Barbara-2Cie Résurgences : www.compagnie-resurgences.fr en partenariat avec la Cie d’Avigny : www.compagnie.avigny.fr
Interprete : Apolline Roy, Mise en scène : Sophie Pincemaille, Textes : Barbara, Sophie Pincemaille, Masques : Etienne Champion, Scénographie : Paul Mouflette, Création musicale : Bastien Nouri, Pierre-Marie Braye-Weppe, Voix off masculine : Julien Barret, Affiche et photos : François-Xavier Dubois

Dans ce spectacle musical, portée par les chansons de Barbara, une jeune femme rencontre les femmes qu’elle pourrait devenir à 45 et 70 ans. Une comédienne seule en scène interprète 3 générations de femmes, passant de l’une à l’autre au vu du public, grâce à deux masques qui la métamorphose.
Ondine a trente ans. Les chansons de Barbara sont en elle, et aussi en nous. Les chansons de Barbara parlent d’Ondine, et aussi de nous. Ondine offre une nouvelle vie à ce répertoire connu et intime que le public (re)-découvre avec elle. Ondine chante a capella ou en s’accompagnant au piano, parfois des accompagnements sonores viennent se glisser, tandis qu’elle se laisse emporter dans l’aventure des textes. A la fois poétiques et drôles, les facéties des personnages nous embarquent dans une aventure à la temporalité variable, les ondes passent et se diffusent, circulent et créent des liens entre l’interprète et le public.
Combien de fois l’écoute d’une chanson nous permet de mieux faire connaissance avec nous-mêmes ? C’est ce rapport qu’Apolline Roy, comédienne à l’origine du spectacle, entretient avec l’oeuvre de Barbara. Elle n’est pas la seule... Barbara a su toucher son public au plus profond, avec des images et des mélodies qui chantent au creux de l’âme. "Où rêvent mes saisons" donne le micro aux « Barbara » qui sont en nous. Les chansons parlées, chantées ou parlées-chantées, traversent l’écriture de Barbara comme un journal intime ouvert sur le monde.

Vendredi 3 juin et samedi 4 juin 2016 à la Maison de la Tour - 1 rue des Ecoles – 26230 Valaurie - spectacle musical à 20h suivi d’un dîner
Public : à partir de 16 ans. Tarif plein 25 euros / réduit 23 euros - Sur réservation uniquement au 04 75 96 01 29 ou 06 11 81 85 92 - confirmation par l’envoi du règlement

Spectacle, dimanche 3 avril 2016 à 17 heures

Après son succès avec "Le Petit Traité du Plaisir qui met oubli à la Mort", Nicolas Raccah nous propose son nouveau spectacle :

"Les Silencieuses"

Les-SilencieusesAu coin du feu à la maison de la tour - 1 rue des Ecoles – Valaurie

“Les Silencieuses“ se présente comme un voyage littéraire à la première personne. Son point de départ : la recherche de la parole érotique des femmes à la Renaissance.
Nos Silencieuses, bien sûr, sont tout sauf muettes. Évadées, brûlantes, rebelles, explosives, poétiques, puissantes, elles se détachent d’un monde de silence, pour libérer nos oreilles de leur habituelle surdité.
En nous associant – un homme à l’écriture et au jeu, une femme à la mise en scène – nous avons décidé de raconter théâtralement cette quête littéraire et les textes inouïs, d’hommes et de femmes, qu’elle nous a permis de mettre au jour. 
Nicolas Raccah

Conception : Frédérique Aït-Touati et Nicolas Raccah
Texte et jeu : Nicolas Raccah
Mise en scène : Frédérique Aït-Touati

Dimanche 3 avril - Au coin du feu à la maison de la tour - 1 rue des Ecoles – 26230 Valaurie
Public : à partir de 16 ans. Tarif plein 12 euros / réduit 10 euros - Sur réservation au 04.75.96.01.29

Concert, dimanche 28 février 2016 à 17 heures

Corde Migranti

Corde migrandiAvec Sylvie Genovese : "La dame à la guitare"

Au Point Info – Le Verre à Soi – Au coeur du village, rue Lucian Duc – Valaurie

« De sa voix rauque, elle se dit française, italienne et argentine. Est-ce d'elle ou de sa grand-mère dont il s'agit? Peu importe, Sylvie Genovese remonte le temps et fait corps avec sa guitare pour défendre intensément la liberté, la mémoire, la poésie et l'amour. » Catherine Fiaux.

Turbulences secrètes de l’âme, morsures de la réalité, instants fragiles, une voix chaude et envoûtante, une guitariste qui se raconte.
Une guitariste qui se raconte au côté insaisissable qui a quelque chose d’exquis.
La guitare a une grande place mais il y a surtout cette voix qui se fond avec grâce dans la guitare et c’est peut-être ça le côté le plus émouvant de cette artiste hors de l'ordinaire.
A propos de ce concert-confidence, on évoquera la justesse du jeu, la plénitude du son ou encore la grande dextérité de l’interprète.
Le reste est musique. Sylvie Genovese l’a ce reste qui fait la différence.
Sylvie Genovese vous touche par la poésie, la modernité et également le métissage des langues qui se veulent être les étendards de sa démarche.
Cette démarche est rare et il faut un beau courage pour la défendre avec cette constance hors des sentiers battus.

www.sylviegenovese.com

 

 Au programme : Volver (V. Parra), Pauvre Martin (G. Brassens), Canzone arrabbiata (Nino Rota), L'amour (S. Genovese) etc...

Tout public. Tarif plein 12 euros / réduit 10 euros - Au Point Info – Le Verre à Soi – Au coeur du village, rue Lucian Duc – Valaurie - Sur réservation au 04.75.96.01.29

logo-Comede-itineranteThéâtre, mardi 26 janvier 2016 à 20h

Le pas de Bême

En partenariat avec la Comédie de Valence – Centre Dramatique National Drôme-Ardèche

Une jubilatoire comédie d’aujourd’hui

le-pas-de-bemeBême est un mystère. Adolescent parfaitement adapté à son environnement, aimé de sa famille, de ses amis et de sa petite amie, bon élève... Lorsqu’un jour, sans que l’on sache pourquoi :
« – Votre fils, quand il rend des contrôles en classe, c’est vide.
– C’est-à-dire ?
– C’est vide.
– Vide de sens ? C’est creux ?
– Il n’écrit pas. Dans toutes les matières. Depuis octobre. Ça fait cinq mois et demi. »
Et quand le professeur ajoute : « On le couvre. Je veux dire, les professeurs lui mettent systématiquement 10 quand il rend une copie blanche », le mystère ne fait qu’épaissir.

C’est à partir de cette intrigante intrigue qu’Adrien Béal et ses acteurs ont écrit, au plateau, un conte moderne de l’objection. Bême, par son infime geste de résistance dépourvu de conscience, de préméditation et d’élaboration, fait, à sa manière, trembler un certain ordre établi. Professeurs, parents, camarades de classe s’affrontent en se questionnant sur le cas. Bême insondable, leurs questions semblent abyssales.

Immergé dans un dispositif quadrifrontal, le spectateur plonge dans les abîmes de perplexité qui s’ouvrent aux pieds des personnages. Satire sociale insidieusement politique, Le Pas de Bême est une comédie d’aujourd’hui.

« Un intense moment de théâtre. » Médiapart

Une création de la compagnie Théâtre Déplié - Mise en scène Adrien Béal - Collaboration Fanny Descazeaux
Avec Charlotte Corman, Etienne Parc et Pierric Plathier
Le spectacle a été créé en mai 2014 au Théâtre de Vanves, scène conventionnée pour la danse et en juin 2014 à La Loge, Paris 11e / Remerciements au collectif 360, à Lilas en scène, à L’Échangeur à Bagnolet, à La Colline – théâtre national, à l’Atelier du Plateau / Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France, dans le cadre des Plateaux solidaires

Mardi 26 janvier 2016 à 20h – salle des fêtes – 26230 Valaurie – tout public, à partir de 14 ans
Tarif plein 13 euros / réduit 10 euros – sur réservation au 04 75 96 01 29

logo-Comede-itineranteThéâtre, lundi 30 novembre 2015 à 20h

Retour à reims

En partenariat avec la Comédie de Valence – Centre Dramatique National Drôme-Ardèche

Photo Retour a ReimsDu livre émouvant écrit en 2009 par le sociologue et philosophe Didier Eribon, le metteur en scène Laurent Hatat a tiré un spectacle sensible et intelligent, après avoir fait pari de faire théâtre de cet ouvrage.
À la scène, l’introspection de l’écrivain s’incarne en un face-à-face entre le fils et la mère. Autour d’un carton de photographies se disent et se comprennent enfin l’oppression, mais aussi la violence et l’intolérance de cette famille ouvrière. Les comédiens Sylvie Debrun et Antoine Mathieu, tous deux éblouissants, déroulent ces vies, et par la grâce du théâtre, l’intime, le social et le politique se rejoignent. Des vies magnifiquement éclaircies par la parole, une magistrale réussite.

D’après l’essai de Didier Eribon (éditions Fayard)
Adaptation et mise en scène Laurent Hatat
Avec Sylvie Debrun, Antoine Mathieu
Conseil dramaturgique Laurent Caillon
Création son Antoine Reibre
Création lumière Anna Sauvage
Production anima motrix
Avec le soutien de La Maison des Métallos, la Région Nord-Pas-de-Calais, la DRAC Nord-Pas-de-Calais et le ministère de la Culture et de la Communication.

Didier Eribon (auteur de l’essai Retour à Reims) : « Pourquoi, moi qui ai tant éprouvé la honte sociale, la honte du milieu d’où je venais quand, une fois installé à Paris, j’ai connu des gens qui venaient de milieux sociaux si différents du mien, à qui souvent je mentais plus ou moins sur mes origines de classe, ou devant lesquels je me sentais profondément gêné d’avouer ces origines, pourquoi donc n’ai-je jamais eu l’idée d’aborder ce problème dans un livre ou dans un article ?
Pourquoi, moi qui ai tant écrit sur le mécanisme de la domination, n’ai-je jamais écrit sur la domination sociale ? »
À la mort de son père, l’auteur retourne à Reims et retrouve son milieu d’origine, le monde ouvrier, avec lequel il a rompu depuis plus de trente ans. Avec des mots précis, il nous narre son enfance et les conditions de son ascension sociale, il mêle à chaque étape de ce récit intime les éléments d’une réflexion sur les classes, la fabrication des identités, la sexualité, la politique...

Apparaissent noir sur blanc les multiples formes de la domination et les violences qui en résultent.

Laurent Hatat (metteur en scène), Pourquoi en faire du théâtre ? : « J’ai été emporté par la détermination de Didier Eribon à comprendre la généalogie de sa rupture avec son milieu d’origine, à décrire avec sensibilité les états de son retour. J’ai été profondément touché par sa volonté de nous donner à comprendre cette générosité de la pensée. Par cet acte, son livre se frotte à l’universel. Et quand l’intime touche à l’universel, le théâtre n’est qu’à un pas »
Retour à Reims n’est pas seulement un émouvant récit de vie. C’est en même temps l’analyse par l’un de nos plus brillants sociologues, des mécanismes de rupture à l’œuvre dans sa propre trajectoire. Ce double mouvement de l’émotion et de la raison n’en fait qu’un sous la plume toute de finesse, de précision et de nuances de Didier Eribon.

Crédit photo : Simon Gosselin

Lundi 30 novembre 2015 à 20h - salle des fetes – 26230 valaurie - Tout public, à partir de 15 ans
Tarif plein 13 euros / réduit 10 euros - Sur réservation au 04 75 96 01 29

Concert, mercredi 11 novembre 2015 à 17 heures

au Point Info – Le Verre à Soi - Au cœur du village, rue Lucian Duc – Valaurie

Chems, chant et guitare,
Bacem Ala Yousfi, Oud (luth oriental) et chant

Tandjali Chems et Bacem

Sensibles à l’héritage musical oral du Monde arabe (du Moyen Orient au Maghreb), Chems et Bacem témoignent à travers ce répertoire de la mémoire des grands poètes et compositeurs qui ont marqué cette histoire à travers les siècles.
Dans un voyage musical intense et généreux, ce duo fusionne tradition et modernité mais également français, anglais et arabe.
Le répertoire est traditionnel (Arabo andalous, Chaâbi, Folklorique…) et contemporain (Compositions originales et arrangements…)

Entre compositions et arrangements audacieux, Chems (plus connue avec sa formation de musique orientale Trio Bassma) offre, grâce à ce répertoire, une ambiance brute, épurée et intimiste comme pour mieux révéler le caractère aux mille et une teintes de la musique arabe. C'est ce que signifie Tandjali en Arabe : "qui s'éclaircira, qui apparaîtra à la lumière". Du mwashah arabo-andalou au slam chaoui des hauts plateaux d'Afrique du Nord, des notes bleu touareg à la poésie kabyle...

Tout public

Tarifs : 12 euros, adhérents : 10 euros, enfants : 8 euros 
Sur réservation au 04.75.96.01.29
logo-twitterbande logos bas MdT 2017 logo-facebook