Du 2 juillet au 29 août 2010

Claire Bogino, céramiste

claire-bogino3 claire-bogino6 claire-bogino2

Précurseur d’une certaine forme de terre vernissée, très présente sur la scène artistique de la céramique dans les années 80 et 90, Claire Bogino nous livre les dernières fournées cuites dans son atelier de Grignan.
Une œuvre apaisée, mûrie, épurée de sa tendance baroque initiale, plus proche de la peinture, avec une exigence croissante du graphisme - jusqu’à parfois atténuer la couleur pour se concentrer sur le noir et blanc - et de la forme, pour faire bouger chaque pièce comme un corps dansant.

 

François Catrin, peintre

francois-catrin1 francois-catrin3 francois-catrin4

"Peut-être que mon travail est un travail sur la mémoire, sur le souvenir, sur la disparition des événements dans la pensée, sur la manière singulière dont ils se rappellent à la conscience, avec des fulgurances, des hasards, des approximations, des mélanges, des associations ; sur la façon dont les souvenirs se reconstruisent à partir de ce qui est dit, de ce qui est raconté. Peut être aussi que mon travail est tout autre chose que j’ignore, que je ne peux pas voir ou que je ne veux pas connaître".

Dominique Jouve, peintre

dom-jouve1  dom-jouve3  dom-jouve5 dom-jouve6

Mène en parallèle, travail de restauratrice d’œuvres d’art et travail de création avec parfois des pauses, des silences et des soupirs. Aime prendre au vol des instantanés lors de promenades nocturnes, de ballades au bord de l’eau, de trajets en automobile... Elle se raconte des petites histoires sans histoire, et goûte ces moments précieux comme des friandises.

Laurent Morteau, photographe

laurent-morteau1 laurent-morteau4 laurent-morteau2

Par leur cadrage et leur point de vue, les photographies de Laurent Morteau livrent un récit personnel et original des musées et expositions qu’il a visités. Ces lieux célèbres deviennent des espaces anonymes et désertés, familiers et intimes. Laurent Morteau paraît s’effacer derrière ses compositions, sublimes et simples, universelles et intimes, qui engagent un dialogue avec le spectateur libre alors de toutes méditations. Il nous invite également à partager ses propres visites et réflexions par la couleur économe et l’espace aérien, la lumière filtrée et l’ombre généreuse de ses photographies.

 

Ouvert tous les jours de 15h à 19h - sauf mardi et mercredi - et sur rendez-vous

Du 14 mai au 27 juin 2010

Pascal Ciret, peintures, haïku

Pascal-Ciret1Pascal-Ciret2Pascal-Ciret3Pascal-Ciret4

Décline l'art du peu. Dans la peinture une palette limitée, un seul pigment, la terre de Cassel sur  contreplaqué allié à la colle à bois à peine rehaussée d'acrylique blanc pour des paysages sensibles.
Avec le haïku, toujours le peu, par essence, retenir l'instant fugace avec 17 syllabes en 3 vers.
Au crépuscule
et en toute éternité
la pivoine rouge.

Pascale Masera, céramiques

Pascale-Masera1Pascale-Masera2Pascale-Masera3Pascale-Masera4

La pureté du blanc, la finesse et la translucidité ont amené Pascale Masera à faire de la porcelaine «sa» matière. La recherche de l'épure et de l'essentiel est devenue son guide. Cette terre fine est étirée sur le tour jusqu'à trouver la juste ouverture de la forme qui donnera à la lumière toute sa puissance. La douceur merveilleuse de la porcelaine lui a permis d'explorer cette quête de la transparence.

C'est en laissant glisser ses doigts sur la douceur de la porcelaine, qu'elle va donner vie à des sculptures qui nous rappellent les formes naturelles et si complexes de la graine ou du coquillage.
Ici il n'y a plus d'outils, que l'expression d'un mouvement, d'une empreinte de la vie, dans une matière sans accroche.

Gérard Parent, peintures, dessins

gerard-parent1Gerard-Parent2Gerard-Parent3

Travaux d'encre et de pigments réalisés sur papier puis marouflés sur bois.
Promenade dans les sous-bois et plus aventureusement dans les buissons et les broussailles, dans le tiers paysage, comme le nomme Gilles Clément (jardinier paysagiste et écrivain), là où se côtoient les entrelacs, les brouillons et les trous des passages d'animaux.

Du 3 au 25 avril 2010

Gérard Depralon "Fruits de routes"

Reportages dessinés en Drôme provençale

Depralon à la Maison de la TourLe travail de dessin de Gérard Depralon est un travail intitulé «Fruits de routes – reportages dessinés en Drôme provençale». De la promenade instinctive de l’artiste à travers 29 villages de notre région est née une production de dessins tout à fait intéressants.

Dessinant à la mine de plomb, jouant d’une mise en couleur surprenante, il s’arrête sur les détails d’architecture des maisons, des monuments de nos territoires, des points de vue originaux sur les activités agricoles, industrielles, touristiques locales, échappant au pittoresque, restant au plus près d’une probable réalité, notre lieu de vie, nos chemins, nos routes, nos jardins, notre patrimoine.

 

Juillet - août 2009

Florence GOSSET, peintures
Hélène HOUGET,
créations textiles
Myriam PAOLI
, sculpteur fil de fer
Nathalie DEWILDE
, peintures et céramiques

 

Vendredi 22 mai au dimanche 28 juin 2009

Maureen Mac CORMICK, peintre

Véronique VIALA-SEU, céramiste

Shaun DAY, peintre

Christina JAMES NIELSEN, sculpture fil d'acier

 

 

10 avril au 17 mai 2009

Florence Grenot, peintre

Ute Michel, peintre

Mélanie Cornu, le verre et la lumière

Alain Chambaretaud, plasticien photos

 

Février - avril 2009

Ena Lindenbaur, peintre

Ena Lindenbaur est originaire d’Allemagne, étudie le graphisme et la peinture à Stuttgart.
Le graphisme et le dessin dans la peinture, la figuration et l’abstraction. «Une démarche où je ne veux pas décider, mais rester dans la possibilité dessin/peinture, figuration/abstraction.»
Ena expose dans différents pays d’Europe. «J’aime travailler avec d’autres artistes, venant du théâtre, de la danse, de l’écriture de la sculpture et la céramique pour la 1ère fois.»
Dans le travail ensemble, c’est toujours se poser la question d’aller vers une rencontre à partir d’affinités, d’exigences et d’ouverture. Cette exposition est une 1ère confrontation de nos œuvres et la suite se fera dans nos ateliers dans la Drôme.

Ingrid Jolivel

Ingrid Jolivel est d’origine franco-danoise, de formation céramique et sculpture au Danemark, en Angleterre et en France. Une démarche où le geste pousse la matière aux limites de ses possibles, cherche la brisure, l’éclatement de la forme, met en mouvement les terres entre elles. (grès-porcelaine). Son travail est la trace d’un corps à corps, une danse avec la matière. Elle a exposé au Danemark et en France.

 

 

Page 3 sur 3

logo-twitter bande logos bas MdT 01 bande logos bas MdT 02 bande logos bas MdT 03 bande logos bas MdT 04 bande logos bas MdT 05 logo-facebook